Les Jardins de Cérès - AMAP

Visite 2013 de l’exploitation

Dernier ajout : 27 juin 2014.

5 & 6 octobre 2013 : Visite de l’exploitation ELS Emprius par Olivier et André

Nous sommes deux adhérents des Jardins de Cérès à se donner rendez-vous dans la salle d’embarquement du vol Vueling Orly-Barcelone, ce samedi 5 octobre à 7h20. Dommage qu’il n’y ait pas de représentants des 5 autres AMAP d’Ile de France en contrat avec ELS Emprius.
A 10h15 nous sommes au volant de la voiture de location et nous roulons sur l’autoroute C31 en direction de Vila-Seca . L’autoroute parfaitement entretenue sillonne dans les collines à quelques centaines de mètres de la Côte Dorée (Costa Daurada). Vila-Seca se trouve à une heure de route (une centaine de km au Sud-Ouest de Barcelone).
Rendez-vous sur le lieu de résidence de la famille Vallve. Estève parle un peu français, Montserrat son épouse, et leur plus jeune fils Albert sont plus à l’aise en anglais. Malgré les efforts d’André qui s’évertue à se remémorer quelques mots d’espagnol, nous zapperons pendant 2 jours de l’anglais au français selon notre interlocuteur.
Estève nous a préparé un petit dossier et une sélection de photos, afin de nous expliquer pourquoi la mouche est l’ennemi jurée des producteurs d’olives.
La hantise du producteur d’olives, c’est la mouche. Il ne s’agit pas d’une mouche courante , mais d’une petite mouche qui ressemble plus aux petites fourmis volantes. Cette espèce pond des œufs sous la peau de l’olive. Lors de la maturation, les larves se nourissent de la chair à l’intérieur, et pourrissent les olives qui tombent de l’arbre avant la récolte. Au moment de la cueillette, les olives partiellement attaquées ne sont pas détectables par simple examen de surface. Elles sont récoltées et pressées avec les olives saines. Le taux d’olives parasitées a un impact direct sur le rendement au pressage et surtout la qualité gustative de l’huile.


Auparavant la famille Vallve utilisait un insecticide pour lutter contre les attaques parasitaires de mouche.

Depuis leur démarche de certification biologique, ils protégent les olives par pulvérisation de kaolin. Le kaolin est un produit agricole naturel à base d’argile, sous forme de poudre blanche.

Le dépôt de kaolin sur les olives, enlève l’aspect brillant en surface, et la couleur terne qui en résulte camoufle les olives au milieu du feuillage lui même terni par le kaolin.

En complément du kaolin, des bouteilles en plastique remplie d’eau sucrée avec un petit trou sur un coté de la bouteille, servent de pièges à mouche.

Cette méthode est assez efficace, d’autant plus que les autres exploitations aux alentours continuent l’usage d’insecticide. Donc les mouches détectent plus facilement les olives brillantes sur les exploitations en périphérie.
L’inconvénient de la protection par kaolin, c’est la pluie. Lorsqu’il pleut, l’eau enlève le kaolin des olives, qui retrouvent ainsi leur aspect brillant.


C’est exactement ce qui c’était passé la nuit de notre arrivée, avec de très fortes pluies orageuses, si bien que le matin même de la visite, Joan Maria, le frère d’Estève a pulvérisé du kaolin sur leur parc d’oliviers.
Au total sur une saison, il faut compter 6 ou 7 pulvérisations de kaolin.

ELS Emprius est une exploitation familiale transmise de génération en génération. Elle appartient et est coexploitée par Estève Vallve Clotet et son frére Joan Maria Vallve, respectivement père et oncle d’Estève Vallve fils, notre interlocuteur en région parisienne pour le contrat et les distributions. Depuis la révolution industrielle en Espagne, la Catalogne comprend un grand nombre de petites exploitations familiales, contrairement à d’autres provinces comme l’Andalousie où les terres sont restées dans les mains de grandes familles propriétaires, qui exploitent d’importantes exploitations.
Malheureusement, ce mode d’agriculture non industrielle n’est pas ou peu rentable, et il y a de nombreuses parcelles dans la région qui sont abandonnées. Sur le chemin de l’exploitation ELS Emprius, nous voyons plusieurs champs laissés en friche avec des oliviers envahis par les ronces. Le producteur de bovins installé en limite d’une des parcelles d’ELS Emprius a arrété son exploitation, depuis quelques années, ce qui oblige la famille Vallve à se procurer du fumier beaucoup plus loin.
La visite des deux principales parcelles de l’exploitation se déroule en compagnie d’Estève et d’Albert, qui est venu de Gérone pour nous accueillir.

Depuis plusieurs années, la famille Vallve a fait le choix de ne pas labourer la terre entre les lignes d’oliviers (sauf pour les plantations récentes). Il y a donc quelques mauvaises herbes, mais avec le temps il se forme une couche d’humus. Cette couche d’humus est le résultat du mélange entre les branches broyées issues de l’élagage et le fumier (apport nutritif). Elle permet de limiter l’évaporation et retient l’humidité dans le sol.


Sur la 1ère parcelle, Estève nous montre les mouches piégèes dans les bouteilles suspendues aux oliviers, ainsi que quelques plaquettes de glue sucrées.
Bien qu’il n’utilise plus d’insecticide, Estève participe toujours au programme de surveillance et de détection d’attaques parasitaires. Il relève régulièrement le nombre de mouches collées sur les plaquettes, et transmet cette information à un organisme qui collecte les données en provenance de plusieurs exploitations. L’organisme suit l’évolution de la quantité de mouches, et alerte les producteurs d’olives adhérents en cas de recrudescence de mouches, de façon à déterminer la dose d’insecticide nécessaire.
En échange de sa participation à ce programme qui n’a plus d’intérêt pour son exploitation, Estève reçoit des conseils sur l’entretien et l’exploitation biologique des oliviers.

La 2ème parcelle comprend un champ d’oliviers assez récent (6 ou 7 ans). Estève nous explique le principe de plantation et système d’arrosage novateur qu’il a utilisé, et dont il particulièrement fier.
Les tuyaux d’arrosage ne fonctionnent plus en goutte à goutte mais par diffusion contrôlée. Ils ont été enterrés dans les tranchées avant plantation des oliviers, et recouverts d’un tissu géotextile large d’un mêtre, puis d’une fine couche de terre. Le tissu géotextile maintient l’humidité dans le sol et diminue ainsi considérablement l’évaporation. Résultat les oliviers sont plus forts et leur croissance est plus rapide. Après 7 ans le tronc des oliviers fait déjà 20 à 30 centimètres de circonférence.
Sur cette parcelle la famille Vallve exploite aussi des noisetiers et quelques caroubiers plusieurs fois centenaires. Estève nous montre un champ de noisetiers plantés cette année, qui nécessite d’être labouré et désherbé, les mauvaises herbes absorbant l’eau et empêchant les plants de se développer. La récolte des noisettes a lieu courant septembre. Elles sont vendues en coopérative qui réalise elle-même leur conditionnement sous vide. En Espagne, un assortiment d’amandes et fruits séchés accompagne souvent le dessert, notamment pour les repas festifs. Les caroubiers sont des arbres gigantesques qui ne nécessitent aucun entretien, et donnent des caroubes (gousses de 10 à 20 cm de long).


Une ancienne maison d’été dans laquelle vivait encore la famille Vallve, il y a une vingtaine d’année, a été transformée en garage pour le matériel agricole (tracteur, remorque, pulvérisateur et broyeur), ainsi qu’une grande salle commune pour les repas en famille et entre amis, notamment pendant la récolte qui dure 1 à 2 semaines, fin novembre début décembre.

Malheureusement, cette maison a subi un cambriolage cet été avec casse des portes métalliques du hangar et surtout vol des conteneurs préparés pour le stockage l’huile en sortie du moulin.

Après l’agriculture, la culture. Au programme du week-end, grand repas de famille organisé en notre honneur, visite nocturne de Tarragone et sa vieille ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco, et découverte du monde fascinant des concours de castells.


Les castells sont des tours ou pyramides humaines construites par empilement successifs de plusieurs niveaux de castellers, pouvant atteindre jusqu’à 10 étages les uns au-dessous des autres pour les meilleures équipes. Les castellers sont des troupes constitués de plusieurs dizaines à quelques centaines de personnes de tous âges, qui s’entrainent deux ou trois fois par semaine pour réaliser ces tours humaines de forme et organisation bien définies.

C’est une extraordinaire démonstration des performances collectives d’un groupe de personnes différentes et complémentaires. Un véritable défi de groupe dans lequel chacun a un rôle en fonction de son âge, et de ses capacités en terme de force, puissance, stabilité, résistance, souplesse, agilité, et courage.

Estève a été leader d’une équipe de castellers à Vila-Seca, et ses fils Estève et Albert, grimpaient jusqu’au 8ème niveau au sommet des castells.

Les Jardins de Cérès - AMAP    Adresse postale : 11 rue de la Tour - 78117 CHATEAUFORT
E-mail : - Répondeur téléphonique : n° 06 82 65 93 99 -Webmaster
Suivre la vie du site RSS 2.0 - Plan du site - SPIP - L'autre.net notre hébergeur associatif et autogéré